dimanche 15 juin 2008

Le Diable ... Brel

Un jour le Diable vint sur terre, un jour le Diable vint sur terre pour surveiller ses intérêts, il a tout vu le Diable, il a tout entendu et après avoir tout vu, après avoir tout entendu, il est retourné chez lui, là-bas.Et là-bas on avait fait un grand banquet, à la fin du banquet, il s'est levé le Diable, il a prononcé un discours et en substance il a dit ceci , il a dit:

Il y a toujours un peu partout

Des feux illuminant la terre ça va

Les hommes s'amusent comme des fous

Aux dangereux jeux de la guerre ça va

Les trains déraillent avec fracas

Parce que des gars pleins d'idéal

Mettent des bombes sur les voies

Ça fait des morts originales

Ça fait des morts sans confession

Des confessions sans rémission ça va

Rien ne se vend mais tout s'achète

L'honneur et même la sainteté ça va

Les États se muent en cachette

En anonymes sociétés ça va

Les grands s'arrachent les dollars

Venus du pays des enfants

L'Europe répète l'Avare

Dans un décor de mil neuf cent

Ça fait des morts d'inanition

Et l'inanition des nations ça va

Les hommes ils en ont tant vu

Que leurs yeux sont devenus gris ça va

Et l'on ne chante même plus

Dans toutes les rues de Paris ça va

On traite les braves de fous

Et les poètes de nigauds

Mais dans les journaux de partout

Tous les salauds ont leur photo

Ça fait mal aux honnêtes gens

Et rire les malhonnêtes gens.

Ça va ça va ça va ça va

7 commentaires:

ARTticuler a dit…

Bonjour Brastos et MERCI pour ce choix..

Anonyme a dit…

La misère intellectuelle ne connaît aucune limite. A ce stade de pauvreté rhétorique, on a vite trouvé la solution de rechange, celle de présenter une série de poèmes triés à l’emporte pièce (émanant de valeureux poètes athées, il faut bien l’avouer) dans le but de faire l’éloge de l’athéisme. C’est une pathétique stratégie de diversion, qui donne l'illusion d'avoir quelque chose à dire. Mais où on reste prisonnier des images préfabriquées de l’univers mental athée, territoire de contradictions et de non-argumentation par excellence, où les semblants d'idées concourent avec l'insignifiance d'un pet de cafard. Tout cela, pour essayer de contrecarrer cet ennemi ontologiquement maléfique (inutile de le nommer ici) que, du reste, rien ne peut arrêter.
adam

brastos a dit…

salut articuler

j'espere avoir relativement reussi à rappeler "certains bébé intellectuels" qu'il existe plein d'autres verités

merci à toi

brastos a dit…

ايها النكره البائس .. تماما كالذي تستعير إسمه .. و كلاكما مطرود .. و لكلٍّ ، جنّته التي طرد منها
يبدو ا ن وجودك الذي أوشك على ان يكون حصريا في "ميادين" قد أثار فيّ شيئا من نرسيس .. لا يهم أن تكون "محبّا"... أو" كارها"...فنرسيس الذي يسكنني قد تمّ علاجه .. و لم يعد فقط يشترط المدح و الشكر حتّى يستفيق
و لا أمانع أن أمدّ نرسيسك..مجانا.. بالوصفة .. فهو في أمسّ الحاجة اليها
كما يبدو لي أن أكوام الاستفزاز و التجريح و الشتم التي لا تتورع في ارسالها من حين لآخر.. و بصفة دورية .. تكاد تكون بمثابة العادة الشهرية الذهنية بالنسبة لك .. انا استعجلك في الوصول الى المينوبوز .. حتّى نتمكن من النقاش الهادئ
يسعدني ان يقع اثراء المدونه بتعاليق تتضمّن روحا نقديّه جادة .. يمكن بعدها أن تتوّج بان يدعو احدنا الآخر الى فنجان قهوة أو حارة بيرّة .. لكن ثقافة الاستفزاز معششة فيك .. و هي التي لا أدلّ منها على "البؤس الفكري" هذه التهمة التي تملك منها أكياسا .. و لذلك نراك توزّعها بشكل رخيص
لا أنفي أنّ اختياراتي أمس كانت مقصودة .. أردت بها دَرْءَ رائحة عطر الموتى و البخور الرديء .. التي تم إغراق البلوقسفير فيها يوم أمس .. عن أنفي و عن أنوف كثيرة .. تلك الرائحة التي تنبعث حتّى من أمثالك من الخفافيش الغامضة ... الخفافيش الليلية الغامضة

Anonyme a dit…

A propos de Narcisse et de narcissisme Il y a une bonne part de vérité dans ta réplique, tu sais, j’ai fait le tour de pratiquement tous les blogs tunisiens, au final, il faut admettre qu’"au royaume des aveugles les borgnes sont rois". Quant à mon narcisse à moi, il est hors d’atteinte.
Je t’invite aussi à relire mon intervention, il n’ y a rien de personnel, j’ai émis un avis sur une démarche, des manœuvres un cheminement mais pas sur la personne.
Tu es facilement irritable, tu prêtes à l'autre des propos (injurieux ou provocateurs) qu'il n'a jamais tenu, pour ensuite soutenir que l'autre se trompe ou dit n'importe quoi. C’est cousu de fil blanc et les ficelles sont grosses. Ce sont des techniques de sophistes, de manipulation. On est loin du souci de vérité.
Tu crois m'atteindre à travers tes ("الخفافيش الغامضة " ou mieux encore ("النكره البائس ") en m'injurient personnellement. Bof ! je te pardonne et je comprend que lorsque pointe l'envie subite de chier du cerveau on ne peut pas résister.
adam

ARTticuler a dit…

@brastos
ARTticuler,c'est avec 2 T,sinon il n'y a plus d'art dans articulation ;-))
@anonyme
j'ai voulu te répondre mais j'ai vu que Brastos a bien accompli la tâche..juste une petite remarque:les athées s'occupent bien plus profondément de Dieu que les frivoles croyants..et si t'as rien pigé je te propose de voir un dictionnaire bilingue: LIBERTE/PENSÉE PENSÉE/LIBERTE

brastos a dit…

@ adam
alors puisque tu n'es ni aveugle ni borgne .. t'as un troisieme oeuil je suppose !